4. La classe années 50’

J’en rêvais depuis des années, et un premier stage à « La Courte Echelle » à Bruxelles, sur le thème « vitrine au choix » m’a permis de réaliser un bureau d’élève, la table et la chaise du professeur, l’armoire à livres, le boulier compteur, et un ou deux cartables. Les ardoises et les petites trousses rondes en cuir, avec leur garniture (lattes, gommes, crayons), ainsi que l’explication pour la réalisation des livres fermés, y trouvent aussi leur origine.

Comme je désirais réaliser une grande classe d’une douzaine d’élèves, près de 30 h de travail supplémentaires ont encore été nécessaires à la maison pour monter le boitage en MDF de la vitrine et la décorer avec ses hautes fenêtres, la tapisser et garnir ses murs de cartes de géographie , de sciences et de lecture, fabriquer le tableau noir et le tableau de lecture, l’estrade, les 5 bureaux et cartables de cuir supplémentaires, la rampe « vestiaire » avec sa pélerine et ses petits tabliers de satinette bleue sagement alignés, sans oublier le sac de gym, la photo du roi Baudouin , et celles du village et le la classe.
Le gros poële ronflant viendra réchauffer les longues journées d’hiver : son socle est une boite de savonnette repeinte en noir, et son corps constitué de deux boites de pellicules photos, la seconde recoupée pour former la porte du poële, les rebords et différents cerclages, l’ensemble peint en noir, et certaines parties ensuite en gris métallisé, puis salies.
Les livres de lecture sont ceux de mes enfants, scannés, miniaturisés et reconstitués page par page, tout comme les fardes « L’écolier » et les mini bulletins scolaires recouverts de papier kraft bleu.
La corbeille à papier est un bigoudi retaillé, et les dessins d’enfants au mur ont été miniaturisés.
Je crois que cette vitrine de 42/23/30cm de profondeur restera longtemps mon « chouchou » ! Tous mes visiteurs sans exception se perdent en contemplation devant elle, des souvenirs plein la tête…